Skip to main content

La bata de cola, c’est la robe de flamenco à traîne que les bailaoras utilisent généralement et qui accompagnent majestueusement leurs mouvements. Nous avons tous un jour où l’autre admiré les volants qui virevoltent selon les mouvements artistiques d’une bailaora de flamenco. Dans cet article, nous allons vous parler un peu plus en profondeur de tout ce qui entoure ce vêtement, véritable symbole de l’art flamenco.

Origine et histoire de la bata de cola

Son origine remonte au milieu du XVIIIº siècle, en tant que robe dont l’arrière se prolonge depuis le dos, par des volants et des plis qui apportent assez de volume pendant l’exécution de la danse et qui créent des formes évocatrices grâce à l’effet du mouvement et avec les claquettes et d’autres éléments traditionnels de la danse flamenco, comme l’éventail et le châle (mantón de manila).

RÉSERVEZ DÈS MAINTENANTE !

UNE EXPÉRIENCE UNIQUE DE FLAMENCO À BARCELONE.

Achetez vos billets

Lors de ses débuts, on ne l’associait pas au flamenco, mais c’était un vêtement que les dames de la haute société portaient. Elles portaient un modèle à col arrondi, à manches trois-quarts et à traîne qui prolongeait l’arrière de la robe. À Grenade, lors de l’apogée des cafés chantants, son utilisation s’est popularisée parmi les bailaoras de flamenco. Elles s’en servaient pour apporter une touche spectaculaire à leurs chorégraphies.

Bailaora flamenca con bata de cola

Bailaora de flamenco avec bata de cola

Qu’est-ce qui se danse avec une robe à traîne (bata de cola)

L’utilisation de la robe à traîne demande à la fois de la grâce, de la technique et une certaine force physique pour que le mouvement de la danseuse soit fluide. Traditionnellement, ce vêtement était utilisé dans les structures les plus classiques, comme les seguiriyas, la soleá ou les alegrías, bien qu’il existe d’autres genres musicaux que l’on ne conçoit pas sans elle, comme la copla.

Technique de base de la robe à traîne

Comme nous l’avons déjà expliqué, manier correctement la traîne n’est pas à la portée de tout le monde ; bien au contraire, il faut connaître parfaitement le tempo de la danse et l’exécuter avec grâce, tout en maîtrisant les mouvements nécessaires, soit des rotations en l’air sur une seule jambe, et avoir assez de force physique pour soulever le poids du tissu.

Parmi les mouvements que la bailaora doit connaître et maîtriser, on peut citer la cloche, la cloche tournante, la traîne au sol, le placement à l’avant et à l’arrière, avec et sans rotation, marquage avec cloche, marquage au sol et marquage, marche et cloche.

Bailaora qui ont utilisé la robe à traîne

Tout au long de l’histoire, d’innombrables bailaoras ont porté la robe à traîne et ont exhibé leur art plein de féminité et d’harmonie. Parmi celles-ci, on peut citer Carmen Amaya, Rosa Durán, Cristina Hoyos, Carmen Mora, Matilde Coral, Rosario Monje « La Mejorana », Juana Vargas « La Macarrona » et celles que l’on considère comme les précurseures de ce vêtement : Antonia Mercé et Pastora Imperio.

Couleurs et tissus utilisés pour coudre la robe à traîne

Traditionnellement, les robes à traîne étaient fabriquées dans des tissus amidonnés, comme l’organdi, le nylon et d’autres tissus qui reproduisent l’effet du papier ; de nos jours, on utilise plus souvent de la popeline, de la soie ou de l’organza. Cela a permis d’alléger la robe qui pèse aujourd’hui environ 10 kilos.

De nos jours, on peut trouver des robes à traîne de toutes les couleurs, depuis les plus classiques comme le blanc ou les couleurs pastel, jusqu’aux couleurs plus vives, comme le rouge ou le noir en passant par des tons plus originaux comme le bleu ou le mauve. Pour bien choisir une robe à traîne, il est important de prendre en compte la structure du flamenco que l’on va danser avec celle-ci : un rythme plus animé, comme les alegrías, n’a rien à voir avec un autre plus solennel comme la soleá, bien qu’en choisissant soigneusement les couleurs, on puisse utiliser la même robe à traîne pour les deux types de danses.

Combien mesure la robe à traîne ?

Généralement, la traîne mesure entre 50 centimètres et un mètre, ce qui représente environ un mètre et demi depuis la taille, bien que cela dépende d’autres aspects comme la stature de la bailaora et sa dextérité dans le maniement de la traîne : Carmen Amaya contrôlait des traînes allant jusqu’à 3 mètres avec un savoir-faire et une grâce sans pareille.

Combien pèse la robe à traîne ?

Comme nous l’avons déjà indiqué, le poids de la traîne va varier en fonction du tissu dans lequel elle est confectionnée : bien qu’elle puisse atteindre les 25 kilos dans sa version la plus traditionnelle, avec toutes les difficultés que cela représente en termes de maniement, les tissus dans lesquels on la fabrique aujourd’hui permettent de l’alléger jusqu’à 10 kilos environ. Il est toutefois possible de trouver des exemplaires (surtout les semi-professionnels, conçus pour les répétitions) qui pèsent entre 3,5 et 4 kilos.

Bailaora flamenca con el vestido de bata cola

Bailaora de flamenco avec bata de cola

 

RÉSERVEZ DÈS MAINTENANTE !

UNE EXPÉRIENCE UNIQUE DE FLAMENCO À BARCELONE.

Achetez vos billets